Chaque année, les ménages français dépensent des sommes importantes pour leurs factures d’électricité. En effet, dans la majorité des cas, la hausse des factures d’énergie résulte des habitudes de consommation inappropriées, mais surtout d’une mauvaise isolation thermique. Si un changement de comportement permet d’économiser de l’argent, entreprendre des travaux de rénovation peut être plus salutaire pour vos factures. Pour soutenir cette démarche, le gouvernement a mis en place des solutions pour aider les foyers. Ces subventions permettent de bénéficier gratuitement ou partiellement de l’isolation des combles afin de réaliser à moyen ou long terme des économies d’énergie. Quelles sont donc les actions à entreprendre pour réduire votre facture d’énergie ?

Réaliser des travaux d’isolation

La première chose à faire pour optimiser votre énergie serait d’effectuer des travaux d’isolation de vos combles perdus, notamment ceux de la toiture, mais aussi les murs, le sol et le plafond. Isoler sa maison consiste à effectuer des travaux de rénovation de son logement, de sorte à réduire sa consommation énergétique. Cette démarche présente de multiples avantages tels que la garantie d’un meilleur confort, des économies importantes ou encore l’amélioration de la valeur de votre habitat en cas de vente. Avant d’exécuter les travaux de rénovation énergétique, il faut faire un diagnostic de performance énergétique (DPE). Ce bilan vous permettra d’évaluer les forces et les faiblesses de votre habitat pour mieux déterminer les travaux à prioriser à chaque niveau de votre maison. Grâce à une bonne isolation des combles de votre maison, votre facture peut chuter de 60 à 80 %.

Faire appel à l’aide à la rénovation énergétique

Les travaux de rénovation énergétique représentent un lourd budget pour les ménages. Heureusement qu’en vertu de la loi sur la transition énergétique, plusieurs aides sont octroyées aux ménages désireux d’isoler leurs combles perdus. En l’occurrence, l’isolation à un euro est une prime provenant du dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE). Toutefois, pour jouir de l’une de ces contributions, les travaux doivent être réalisés par des professionnels reconnus garants de l’environnement (RGE). Il existe plusieurs types d’aides :

• Le CITE ou crédit d’impôt pour la transition énergétique : il consiste à déduire une partie des dépenses des travaux de rénovation de votre déclaration d’impôt sur le revenu. Il est plafonné à 8000€/an par personne et 16000€ pour un couple.

• La prime rénovation : elle est accessible à tous les ménages depuis le 19 janvier 2019 et maintenue jusqu’au 31 décembre 2020. Elle est calculée en fonction de l’ampleur des travaux à effectuer, de vos revenus, de la taille de votre ménage et de votre lieu de résidence.

• Les aides de l’Anah : l’agence nationale de l’habitat propose des financements à hauteur de 50% du montant total des travaux aux ménages à faibles revenus. Cette aide est déductible des dépenses éligibles au crédit d’impôt et ne peut en aucun cas dépasser 25000€ pour les grands édifices.

Changer l’équipement de chauffage

La troisième chose à faire pour réaliser des économies d’énergie est de procéder au remplacement des anciens appareils de chauffage au profit d’un équipement plus moderne. En effet, si votre chauffage date de plus de 15 ans, vous devez penser à le changer, car une vieille machine est souvent énergivore. C’est notamment le cas des anciennes chaudières à fioul dont l’utilisation entraîne des coûts importants pour les foyers. Privilégiez plutôt des appareils performants qui intègrent des systèmes d’énergies renouvelables tels que les panneaux photovoltaïques. D’autres alternatives comme le chauffage au bois, la chaudière à condensation ou les chaudières thermodynamiques s’offrent également à vous.