Comme dans tous les domaines, l’évolution touche aussi le domaine de la construction par l’arrivée du plancher collaborant. Il faut noter que ce type de plancher est particulièrement adapté pour les différents travaux de rénovation. Ainsi, si des projets de construction sont en vue ou à prévoir au sein de votre habitation, voici tout ce qu’il faut savoir concernant le plancher collaborant.

Quelles sont les propriétés du plancher collaborant ?

Le plancher collaborant constituera la dalle qui servira de plancher pour la construction. Il s’agit en quelque sorte de la partie qui séparera deux niveaux. Il servira de support de plafond pour la partie inférieure, tandis qu’il sera considéré comme le sol à écraser pour l’étage supérieur. C’est la raison pour laquelle il est important que le plancher doive être résistant et ne doit pas être sous l’emprise des pressions qui y seront exercées.

En ce qui concerne sa composition, il s’agit d’un alliage de béton et d’acier. Le mariage de ces deux matériaux offre une résistance importante et une solidité parfaite pour la construction. Il faut noter que le béton résiste à toutes compressions, tandis que l’acier joue un rôle important par rapport à la traction. Néanmoins, le bois peut aussi remplacer l’acier dans ce genre de combinaison, mais sa solidité présentera toujours une différence comparable. Quant à son installation, la pose d’un plancher collaborant n’est pas difficile à réaliser.

Les différentes sortes de planchers collaborant

Il existe trois types de planchers collaborant que l’on peut adopter en fonction de ses besoins, mais aussi de l’ampleur des travaux à effectuer. Le premier est le plancher à bac acier. Il s’agit de plancher réalisé à l’aide de bac de tôles servant de coffrage. Après la mise en place de ces bacs, métalliques, on pourra y couler facilement la dalle de béton armé. Sinon, il y a le plancher mixte ou alliage béton et acier. Son principe se base sur l’usage de connecteurs disposés sur la longueur des poutres. Ce système permet de diminuer la taille des poutres métalliques et obtenir un plancher moins épais.

Pour la combinaison du bois et du béton, à la différence des deux premières sortes, il faut mettre en place des poutres en bois. Ces derniers seront toutefois reliés par des connecteurs pour obtenir une bonne résistance.

Avantages du plancher collaborant

L’utilisation du système de plancher collaborant présente plusieurs avantages pour les personnes qui l’adoptent. En premier lieu, il est très facile d’installation si on le compare aux autres types de planchers. Sinon, en raison de cette facilité, il est tout aussi rapide à réaliser, ce qui permet un gain de temps palpable. En parlant de rapidité, la mise en place d’un plancher collaborant est très intéressante pour la réalisation des constructions à plusieurs étages.

Entre autres, ce type de système est très économique parce que le plancher réalisé n’est pas épais et ne nécessite donc que peu de matériels. En ce qui concerne cette épaisseur, le plancher collaborant est très bénéfique pour les maisons ayant une hauteur faible afin de gagner de l’espace. Un autre avantage à considérer est le risque minimisé face aux incendies, surtout pour une utilisation du béton acier. Quant au tarif de réalisation, il coûte moins cher étant donné qu’il ne nécessite que peu de matériels. En matière de solidité, le plancher est bien résistant et dur, ce qui lui permet de supporter de lourdes charges. Dans le cas où, vous optez pour les planchers mixtes collaborant. Il vous sera possible de conserver le bois et de les réutiliser pour un autre coulage.

Méthode pour la pose d’un plancher collaborant

Il est facile de passer à la pose d’un plancher collaborant. C’est d’ailleurs cette facilité, mais aussi sa finesse qui l’a aidé à faire sa place sur le circuit de la construction. Ainsi, afin de réaliser un plancher collaborant, il faut en premier temps poser les poutres. Ensuite, il faudra fixer les bacs acier et vérifier qu’il n’y ait pas de risque de fuite. Une fois que la tôle est bien installée, il faut poser le coffrage ainsi que le treillis. Après ces étapes, il est possible de passer au coulage du béton. Il faut terminer cette pose par un talochage pour obtenir une dalle plus ou moins régulière.

Pour résumer, le plancher collaborant est une alternative très intéressante pour un projet de construction. Quant à ses propriétés, il est très résistant grâce à ses composants : le béton et l’acier, qui sont très complémentaires. Sinon, le plancher collaborant présente plusieurs avantages comme la rapidité et la facilité du travail, mais aussi une réalisation moins coûteuse. Comme il existe trois types de planchers collaborant, il est de ce fait possible de choisir le mode qui convient en fonction de son budget, mais aussi selon les besoins de la construction. Concernant sa pose, ce type de plancher est très pratique à mettre en place en suivant bien chaque étape correctement.