L’isolation thermique va dans le sens de l’environnement, de celui des résidents d’un logement et celui de leurs finances. Agir sur la déperdition de chaleur a donc de multiples avantages. Thème souvent abordé, il peut être adopté pour toutes les surfaces d’une habitation : murs, sols, fenêtres, portes, combles et même plafond. Pour ce dernier, des paramètres sont à prendre en compte pour un rendu satisfaisant.

Le principe de l’isolation thermique d’un plafond :

L’isolation thermique d’un plafond consiste à limiter, ou même à annuler, les déperditions de chaleur qui se produisent à ce niveau. Que ce soit pour une nouvelle construction ou l’aménagement d’un logement déjà bâti, l’isolation thermique permet de limiter les transferts de chaleur et, ainsi, de profiter d’une température appréciable autant l’été que l’hiver.

Lorsque la température est au plus bas, elle limite l’entrée du froid et la sortie de la chaleur ; et inversement lorsqu’il fait chaud.

Aussi, grâce à la bonne isolation thermique d’un plafond, il n’y a aura plus besoin de pousser le chauffage à fond. Par conséquent, l’habitation ainsi que les résidents diminueront considérablement leur consommation énergétique. Les dépenses en énergie ayant une incidence sur la facture d’électricité et/ou de gaz, c’est d’une véritable économie sur les factures dont bénéficieront les résidents de la maison (ou de l’appartement).

Le type d’isolant selon le type de plafond :

L’une des grandes décisions à prendre lorsqu’on veut entreprendre l’isolation thermique d’un plafond, est le choix de l’isolant. Pour ne pas se tromper, il faut penser à plusieurs critères :

L’épaisseur de l’isolant :

Le choix de l’épaisseur de l’isolant est déterminant pour une isolation thermique efficace. Néanmoins, il est erroné de penser que seuls les isolants imposants ont des aptitudes isolantes acceptables. En effet, pour que les performances d’un isolant puissent être exploitées, il est important qu’il soit en accord avec le type de plafond qui ira l’accueillir :

Les isolants épais :

  • Matériaux : laine végétale, laine minérale, laine animale, ouates de cellulose ;
  • Présentation : en vrac ou en rouleau ;
  • Pour plafonds suspendus et les faux-plafonds ;
  • Conseil : utiliser avec des membranes freins vapeurs pour ne pas laisser l’humidité tasser l’isolant.

Les isolants minces :

  • Matériaux : multi-composants (polyuréthane, liège, etc.) ou mono-composants (polychlorure, polystyrène) ;
  • Présentation : en dalles ou en rouleaux ;
  • Pour plafonds tendus et plafonds collés ;
  • Conseil : impératif pour les faux-plafonds démontables afin de ne pas laisser la poussière s’entasser.